Burger et vins du Beaujolais

En sommes-nous réduits à accepter les sodas à notre table le jour où l’on se lance dans la confections de délicieux burgers ? Pas du tout ! Les accords burgers et vins fonctionnent très bien, en particulier avec les vins du Beaujolais.

Un peu d’histoire pour se mettre en appétit
Il semble difficile, voire impossible, de déterminer avec certitude qui est l’inventeur du hamburger. Toutefois, si l’on se fie aux différents récits, il ne faut pas chercher les origines de cet emblème de la gastronomie made in USA aux Etats-Unis, mais bien en Europe, et avant cela, en Mongolie.

En réalité, l’histoire du hamburger aurait débuté dans les steppes de Mongolie au 13ème siècle, l’époque de Gengis Khan. Pour ne pas perdre de temps au cours de leurs chevauchées, les guerriers mongols se sustentaient tout en galopant. Ils glissaient de fines lamelles de viande sous leur selle afin de les attendrir. Le steak débité en petits morceaux a séduit l’Europe petit à petit. D’abord les Russes, devenus friands du bœuf haché cru, qu’ils baptisèrent « tartare » en référence aux peuples nomades d’Asie. Ensuite les habitants de la grande cité portuaire de Hambourg, au nord de l’Allemagne actuelle, qui adaptèrent si bien la recette qu’elle a gardé leur nom. Et ce sont eux qui ont exporté le hamburger vers les Etats-Unis.

Au 19ème siècle, des millions d’Européens voulaient vivre le rêve américain et beaucoup embarquèrent sur les paquebots reliant Hambourg à New York. A l’arrivée, des immigrants allemands, un brin nostalgiques, tenaient à ne pas oublier toutes les saveurs de leur pays, et notamment une manière inimitable de préparer la viande : le fameux steak de Hambourg, avec de la viande hachée mélangée à de l’oignon et de la chapelure.

Le Nouveau Monde l’adopta rapidement la recette et en améliora la préparation : on cale la viande entre des buns moelleux, on l’arrose d’une sauce tomate à la saveur sucrée, on rajoute des cornichons et du fromage fondu, voire du bacon. Aujourd’hui, on estime que cinquante milliards de burgers sont consommés chaque année aux Etats-Unis. Le pays célèbre même le Hamburger Day, chaque 28 mai. Mais il a oublié que son plat préféré est né à l’autre bout du monde, et a traversé l’Atlantique à fond de cale.

Mais qui a eu l’idée le servir entre deux tranches de pain ?
Plusieurs prétendants se disputent cet honneur posthume… Charlie Nagreen, un adolescent qui vend des boulettes sur un stand du marché, dans la ville de Symour (Wisconsin) aurait eu l’idée de les écraser entre deux morceaux de pain, pour qu’elles soient plus pratiques à croquer. Ca se passe en 1885. Mais l’impulsion naît-elle à cet endroit-là, ou à quelques milliers de kilomètres de là, la même année ? Deux frères, Frank et Charles Menches, qui font ordinairement des sandwichs au porc, décident de le remplacer par du bœuf. Tout ça parce qu’ils en ont trouvé à la foire de … Hamburg, une petite ville de l’état de New York. C’est là, clameront-ils bientôt, que le hamburger est né !

Mais un autre « gastronome », Oscar Bilby, se met quelques années plus tard, en 1891, dans l’Oklahoma, à cuire des steaks et à les poser sur des tranches de pain, amoureusement préparées par sa femme. Sans parler de Fletch Davis, qui propose la même recette (agrémentée cependant d’oignons !), dans le Texas, en 1904. Bref, le hamburger naît dans les années 1900. Et bientôt, les chaînes de cuisine Wimpy (1930) et surtout McDonald’s (1937) en feront le plat de base des passants pressés.

Le burger classique et Beaujolais Villages du Domaine de la Madone
Pour le burger de bœuf classique, agrémenté d’oignons, de cornichons, d’un peu de ketchup, d’une pointe de moutarde, et idéalement d’une tranche de fromage fondu et de bacon croustillant, rien de tel que notre Beaujolais Villages pour que le fruit et la fraîcheur se même au festival de saveurs du burger.

Le burger de poisson et le Bourgogne Blanc du Domaine de la Madone
Que l’on opte pour le simple fishburger garni d’un morceau de poisson pané géant, ou pour un délicieux burger au saumon, une pointe de citron et une délicieuse sauce tartare vous donneront certainement envie d’un vin blanc fruité et ample, comme notre Bourgogne blanc base de chardonnay, évidemment.

Le burger végétarien et le Beaujolais Villages Bio du Domaine de la Madone
Pour les burgers végétariens, souvent bien assaisonnés de curry, ail ou paprika, nous vous recommandons notre Beaujolais Villages Bio dont le fruit est plus marqué et plus tranchant. Il saura faire preuve de répondant pour ne point se laisser dominer par les épices !